Participation à la revue “Lou Can” sur le thème du futur…

J’ai le plaisir d’avoir été accueilli par Jérémy Taburchi dans le quatrième numéro de la revue Lou Can sur le thème du Futur. J’y présente un extrait de la série “Le Plan B”.

Quai des doutes / Quay of the doubts #10 - The End ?

La soirée de lancement se déroulera le vendredi 13 décembre 2013 à l’Atelier Franck Michel, la nouvelle galerie d’art contemporain de Nice.

Le public sera accueilli à partir de 17h30 et jusqu’à 20h30. Une performance ésotérique de Jérémy Taburchi, accompagné par la mystérieuse Eve Carton, débutera aux alentours de 18h30. Les acheteurs de la revue auront également le bonheur de repartir avec une création futuriste signée Peter Larsen.

Une soirée en présence de la plupart des participants à la revue : Sophie Taam, Aazclairicia, Martin Caminiti, Sacha Sosno, Rémy Saglier, Olympia Alberti, Gilbert Casula, Stéphane Renaud, Carl Keven-Korb, Roxane Petitier, Elisabeth Morcellet, Christophe Esnault, Laurent Bosio, Virginie Broquet, Fabrice Monaci, Marilia de Laroche, Claude Rosticher, Philippe Jusforgues, Navalià.

Aussi, et en hommage à la mémoire de Sacha Sosno, Michel Seyrat fera la lecture du texte sur le Futur que l’artiste avait souhaité proposer pour ce numéro de la revue.

Au sommaire du Lou Can 4 :

I. Le Niçois et le Papou, par Jérémy Taburchi
II. Sophie Taam, Rêve-veille Space Time
III. Aazclairicia, F(x)=g(x) manifeste…
IV. Le futurisme chez les dindons, par Martin Caminiti
V. Sacha Sosno : Mais quel temps fera-t-il demain ?
VI. Peter Larsen, à propos du marque-page joint à la revue
VII. Plan B, l’alternative photographique de Rémy Saglier
VIII. Olympia Alberti, Où est le futur ?
IX. Le vacarme gagne, un poème de Gilbert Casula
X. Stéphane Renaud : Notre Futur
XI. Carl Keven-Korb, De ces douces organisations névrotiques
XII. No future / No limit, les utopies de Roxane Petitier
XIII. Traversée du futur, un texte d’Elisabeth Morcellet
XIV. Christophe Esnault, Gynoïde pleasure

Adresse : l’Atelier Franck Michel, 28 rue Ségurane, 06300 NICE (lien Google Map).

La revue Lou Can : www.lou-can.fr
L’Atelier Franck Michel : www.latelierfranckmichel.fr / 04 93 04 62 89

“Remplissage et débordements” s’offre une rallonge au Transformer à Nice !

Après deux mois d'expo aux Loges (voir article précédent), petite expérience inédite le 2 novembre dernier avec un décrochage et un accrochage impromptu le jour même au Transformer. L'établissement situé au 7, rue Smolett à Nice et qui abrite régulièrement évènements musicaux, lectures, performances et  expos va malheureusement bientôt fermer.



Expo au Transformer
Expo au Transformer
"Remplissage et débordements" s'offre donc une petite rallonge aux milieux des amis avec la présence également sur les murs des œuvres "performées" de Louis Dollé...A voir le soir à partir de 18h30 jusqu'au décrochage à une date inconnue...

“Débordements”, une expo à voir au Virgin Café à Nice du 4 novembre au 4 décembre 2012 !

“Débordements” est à voir du 4 novembre au 4 décembre 2012 au Virgin Café, 15 avenue Jean Médecin à Nice.

Le café est au 2ème étage du Virgin Megastore et ouvre ses portes de 10h à 20h tous les jours (de 11h à 19h le dimanche).

Les photos présentées sont issues des séries Ma Méditerranée a débordé, Fire Birds, Jeux de plage et Les asymétriques.

Pour suivre mon actu en direct ou connaitre les dates des “RDV-café” retrouvons-nous sur facebook…

 

Extrait de “Ma Méditerranée a débordé” à la galerie municipale d’Eze Village

Vernissage le 12 mai 2012

 

Dans le cadre de l’exposition “Jeux d’images” mise en place dans la Galerie municipale d’Eze Village par Laurent Lalanne et Valentin Lozano du 12 au 27 mai 2012, vous pourrez retrouver en série spéciale trois de mes images en format 60×120 sous plexiglas extraites de la série “Ma Méditerranée a débordé”. Vernissage le 12 mai 2012 à partir de 18h00.

"Ma Méditerranée a débordé" #2

Galerie municipale d’Eze Village
Rue de la Paix
06360 Eze Village

Ma Méditerranée a débordé ! – Caisse d’Epargne Masséna à Nice – Prolongation et derniers jours !

Expo finalement prolongée jusqu’au 1er mars 2012 !…

 

QUELQUES EXPLICATIONS :

Emballement du climat ? Séisme sous-marin ?…ce que je craignais depuis longtemps est arrivé : ma Méditerranée, si tranquille d’habitude, a fini par déborder ! Elle s’est affranchie de ses frontières et voilà mes paysages envahis par de sombres vagues !

Huit images ont ainsi été construites en réponse à ce déferlement : huit grands diptyques constitués de deux formats carrés assemblés verticalement. Une vague dans chaque image reflue vers le spectateur après avoir envahi le paysage de l’arrière-plan. La mer semble occuper tout l’espace et contraint le visiteur dans cette vision d’apocalypse surréaliste. La partie centrale de l’image, totalement noire ou presque, symbolise ce qui a été emporté par la vague : le non-dit, le néant… peut-être ici ou là persiste une dernière trace humaine…

La comédienne Emma Laurent se prête rapidement au jeu et fait résonner ses mots avec les vagues; la série étant encore loin d’être achevée, elle joue avec son imagination et ce qu’elle a perçu des premières images, comme un parfum de transgression.

Des dizaines de vagues étant passées sur d’aussi nombreux paysages, la plupart imaginaires, les diptyques commencent à prendre leur forme finale. Pendant ce long travail, les vagues ont érodé les collines, laissant des bavures numériques, des scarifications expiatoires. A l’inverse, l’écume porte parfois d’étranges taches de Rorschach, comme des impressions (positive et négative) des images qu’elle vient de lécher.

Dans deux diptyques la vie l’a emporté sur le formalisme initial : brisant les frontières, un cheval terrorisé et un taureau furieux, dans un élan, s’immergent dans les paysages qui leur étaient interdits. Une faille se crée, les ombres tournent…

Dernier acte enfin : la série initiale est accrochée. Pourtant, ce n’est pas tout à fait fini. Le texte qu’Emma Laurent a écrit sur la série initiale va servir de base à deux derniers diptyques, horizontaux cette fois-ci. Ils viendront bientôt rejoindre le reste des images pour achever le cycle.

Ma Méditerranée a débordé - Rémy SAGLIER

LE TEXTE D’EMMA LAURENT :

Ma Méditerranée a débordé
Photos Rémy Saglier / Texte Emma Laurent

S’aborder … doucement …
Scintiller nuitamment… Frémir
Buller en cercles concentriques puis aller et venir dans un clapotement doux…
Distiller l’algue et l’iode, reprendre son souffle…
Rouler sous la bise… étirer le ressac.
Se marrer tout bas puis tout haut dans un grondement sourd… larguer les amarres…
Se laisser emporter.
Laisser monter en surface les vestiges du passé… les engloutir à nouveau.
Escalader les quais, fondre sur la jetée, embrasser le rivage… l’éclabousser d’embruns.
Effleurer le pied de la montagne.
Plus loin se fondre au noir.
Chevaucher follement, s’introduire dans les failles, s’enfouir dans les creux, tourbillonner longuement…
Se caresser à flanc de collines.
Gravir les pentes.
Se suspendre aux arbres.
Se griffer aux roches rouges et mordre les buissons.
Veiner d’écume les parois les plus tendres.
Déborder le sommet…
Jaillir… vague et médusée… la tête dans un ciel blanc.

Dossier de Presse

Ma Méditerranée a débordé ! – Caisse d’Epargne Masséna à Nice – du 1er octobre au 31 décembre 2011

Pour la 13ème édition du Festival de la photographie méditerranéenne alias le Sept Off sur le thème Passe-[ports] méditerranéens, j’exposerai à partir du 1er octobre 2011 “Ma Méditerranée a débordé“, une série de diptyques grand format à la Caisse d’Épargne Masséna à Nice. L’expo doit durer 3 mois.

Ma Méditerranée a débordé – Rémy SAGLIER

“Emballement du climat ? Séisme sous-marin ?…ce que je craignais depuis longtemps est arrivé : ma Méditerranée, si tranquille d’habitude, a fini par déborder ! Elle s’est affranchie de ses frontières et voilà mes paysages envahis par de sombres vagues !”

 

 

> Dossier de Presse à voir ici

 

 

Vente aux enchères au profit du Japon à la Galerie Hierro Desvilles le 7 mai 2011 à 14h – Nice

L’artiste et galeriste Jean-Antoine HIERRO a lancé en mars dernier un appel aux artistes pour organiser une vente aux enchères au profit des sinistrés du Japon. Près de 300 œuvres ont ainsi été récoltées.

MADE FOR JAPAN

Les œuvres seront exposées du 3 au 6 Mai 2011 de 11h à 19h à la HIERRO DESVILLES ART GALLERY, 4 rue Antoine Gauthier, dans le quartier du port, à Nice. La vente, dirigée par Maître Palloc, commissaire priseur de Nice, se déroulera sur place le samedi 7 Mai 2011 à partir de 14 h. Il est à noter que l’intégralité des recettes sera reversée à la Croix Rouge (tous les frais d’organisation étant pris en charge par la Galerie) et que les œuvres seront vendues sans prix de réserve.

Rimbaud tentant de domestiquer l'atome.

A cette occasion vous pourrez acquérir “Rimbaud tentant de domestiquer l’atome“, une de mes images tirée de la série sur l’Alchimie du Verbe et rebaptisée à l’occasion de cette vente.